GoodBarber, le rêve devient réalité !

Ecrit par le Lundi 5 Décembre 2011

Épisode 2 – La genèse : 2009-2010

GoodBarber, le rêve devient réalité !
Voici la suite de notre série en 5 épisodes sur l’histoire de GoodBarber. Nous allons parler de l’adolescence de GoodBarber ; l’époque où GoodBarber ne s’appelait pas encore GoodBarber mais affirmait déjà son identité.

D’un service biberonné à la culture iOS…

Avec la sortie de l’iPhone en 2007, Apple ouvre une ère nouvelle. GoodBarber nait de la nécessité pour les éditeurs de contenu d’être présents sur iPhone au travers d’une application à leur image.
 
Le concept émerge au sein de ce qui est en train de devenir le CampusPlex. WMaker, éditeur de CMS* depuis 2001, perçoit très tôt l’enjeu d’offrir à ses utilisateurs une passerelle vers le mobile. La tâche est rapidement confiée à deux très jeunes et prometteurs développeurs issus de l’Université de Corse : Dominique Siacci et Francescu Santoni. Ceux-ci bossent pour WMaker depuis 2007. Début 2009, ils ont tout juste une vingtaine d’années. Ils se voient confier le challenge de promouvoir une société dédiée au développement d’applications mobiles. DuoApps est un spin-off de WMaker.
 
En juin 2009, ils ont déjà développé la première application Marianne2 pour iPhone. Bien que très motivés et entreprenants, ils ont conscience que la maturation du marché amènera les grandes firmes d’ingénierie informatique à devenir des concurrents. Ils franchissent alors le pas de l’édition logiciel et démarrent le développement d’un moteur au nom de code ésotérique : « WM Socle ».
 
Le 31 mai 2009, l'équipe se renforce avec le recrutement d’un autre développeur : Mathieu. Il procède à un refactoring complet du socle permettant de générer automatiquement les applications pour iPhone. En novembre 2009, un moteur iPhone abouti et stable est disponible. Les premières applications « industrielles » sont générées. Elles intègrent des fonctionnalités de push et de monétisation. Mathieu s’impose comme une référence technique. Il se voit confier le développement du socle iPad au début du mois de juin 2010. Un mois plus tard, un socle iOS complet (iPhone, iPod touch, iPad) permet de générer des applications 100% natives, de qualité professionnelle, et à bas coût.

… à un système multi-plateformes

Isolément, le moteur ne peut pas exprimer tout son potentiel. Début 2010, DuoApps décide de construire une interface d’administration pour permettre une interaction directe moteur/utilisateurs. Il s’agit de poser les base du Software as a Service à venir. C’est le début de l’industrialisation complète du processus de générations des apps, du client jusqu’au(x) store(s). Mais le coût de développement est important et les bénéfices potentiels ne sont que futurs. Financièrement, l’équation est délicate à résoudre.
 
Au printemps 2010, DuoApps est lauréat du concours Oséo « Aide à la création d’entreprises de technologies innovantes ». En parallèle, les synergies du CampusPlex permettent un accord vertueux avec WMaker. Les développeurs web de WMaker, expérimentés et rompus au problématiques d’ergonomies, procèdent à la déclinaison d’un backoffice WMaker en backoffice dédié aux apps.
 
Les premiers appareils fonctionnant sous Android sortent courant 2009. Christelle intègre l’équipe en février 2010 pour assurer le développement du socle dédié à cette plate-forme.
 
Fin juin 2010, WMaker intègre le socle DuoApps à son offre et propose à ses clients un service semi-industrialisé de génération d’apps pour iOS et Android.
Quand Microsoft lance Windows Phone 7 en octobre 2010, c’est Christelle qui prend en charge le développement du socle pour cette plate-forme. L’appli Marianne2 est publiée sur Windows Marketplace le 30 octobre.
 
Fin 2010, DuoApps dispose d’un système fonctionnel et tri-plateformes. Il faudra encore un peu de temps pour l’ouvrir au grand public.



 
* Content Management System ou Système de Gestion de Contenu



Entrez votre adresse email