Créer une app
Retour

GoodBarber fête ses 10 ans!

le 


Ce 14 novembre 2021, GoodBarber a fêté ses 10 ans, tout comme la sortie de l’iPhone 4s, la naissance de Siri, celle d’iCloud ou le début de la 4G en France. Beaucoup de choses ont changé depuis; le monde a évolué et GoodBarber a évolué avec lui. En 10 ans, nos interfaces se sont transformées, nos applications se sont développées; nous sommes plus nombreux et nos utilisateurs aussi. Il est l’heure de faire un retour sur la création de GoodBarber et ces 10 années d’aventure. 

    Mais tout cela ne s’est pas construit en un jour. Si GoodBarber est annoncé en 2011 au Mobile World Congress de Barcelone, l’aventure commence réellement 10 ans plutôt, en 2001, quand Sébastien Simoni, l’actuel PDG de GoodBarber lance WebzineMaker. Ces années de réflexion, de développement, d’innovations ont rendu possible la création d’applications performantes, personnalisables sans passer par l’étape du codage. Cette philosophie nous a guidé tout au long de la création et du développement de GoodBarber, dans une logique de renouvellement perpétuel.

1 - Période pré-GoodBarber : une construction progressive

L’odyssée qui a mené à GoodBarber commence en 2001 avec le lancement de WebzineMaker par Sébastien Simoni et ses trois associés de l’époque, Jérôme Pietri (l’actuel chef d’exploitation / COO), Philippe Chiappe et Federi Bernardini, dans le but de rendre plus simple la création et la publication de blogs. Cette première étape met déjà en avant une volonté de rendre le web plus accessible et plus ludique dans une logique novatrice de personnalisation. Webzine hébergera notamment le magazine Marianne entre 2005 et 2010 qui comptabilisera plus de 6 millions de visiteurs par mois.

    La silhouette de GoodBarber commence à se dessiner petit à petit: si WebzineMaker a déjà la vocation de rendre la publication sur le web ouverte à tous, sans nécessiter une formation en programmation, dans une ère du numérique grandissante ;c’est la démocratisation des smartphones avec l’apparition de l’iPhone en 2007 qui fait encore évoluer cette problématique. C’est alors là l'émergence d’une nouvelle opportunité, d’une seconde étape, celle de permettre à des utilisateurs de publier des applications directement sur smartphone sans passer par une phase de codage. Opportunité que saisira Dominique Siacci, l’actuel directeur technique / CTO de GoodBarber, qui lance DuoApps en 2009.  

    L’idée est là, l’équipe et les locaux aussi; en 2011 DuoApps et WebzineMaker unissent leurs forces et lancent officiellement GoodBarber, créateur d’applications mobiles, afin de répondre à une demande croissante et de faciliter l’utilisation des nouvelles technologies aux non-spécialistes. 

2 - Génération GoodBarber : lancement et international

Si la société WebzineMaker et la société DuoApps ne fusionnent dans une unique entité sous le nom de GoodBarber qu’en décembre 2018, GoodBarber a évolué pendant ces années. Paru en français et en anglais dans les premiers temps, notre interface sera développé de façon à intégrer l'italien, l'espagnol, l'allemand, le portugais et le turc entre 2013 et 2015.

    Nous avons célébré notre premier million de téléchargement en 2013, ainsi que notre première participation au Mobile World Congress de Barcelone. Le concept est en marche, les utilisateurs sont au rendez-vous, GoodBarber s’ouvre donc sur la scène internationale avec l’inauguration de bureaux à New York et Lisbonne en 2016, synonyme d’un succès certain qui se confirmera dans les années d’après.

    En effet, 30 000 applications mobiles ont été publiées dans l’App Store et Google Play en 2017. La même année, GoodBarber assoit sa présence à l’international lorsque les États-Unis deviennent son premier marché en termes de chiffre d’affaires, prouvant que l’insularité n’est pas forcément une barrière au développement. Les millions de téléchargements en 2018 affirment son parcours, couronné effectivement par la fusion finale de WebzineMaker et DuoApps. 

    Jusqu’en 2019, l’outil GoodBarber était axé sur la publication d’applications de contenu, permettant la publication d’articles, de vidéos, de photos, sons sous le format d’un blog, avec l’ajout de fonctionnalités comme le chat pour donner la possibilité de créer une communauté active et engagée. Cependant, GoodBarber ne s’est pas arrêté là, et dévoile cette même année ses nouvelles applications « shopping », dans l’optique de répondre aux besoins d’une société qui digitalise de plus en plus les secteurs de la vente et du commerce. 

3 - L'écosystème autour de GoodBarber

En plus de GoodBarber, d’autres projets ont vu le jour pendant ces 10 ans, notamment pour la jeunesse. Dans une logique de transmission d’une passion pour la programmation aux plus jeunes générations, Roboticamp est lancé. Pendant ces quelques années, près de 500 petits corses d’Ajaccio à Bastia en passant par Ghisonaccia ont pu assister à des cours de robotique et de codage sur les robots Lego Mindstorms Ev3. Ces robots et interfaces intuitifs ont permis de séduire une nouvelle génération, dans l’espoir de développer encore et toujours le secteur technologique insulaire. 

En plus de la jeunesse, GoodBarber s'implique activement dans le développement de l'écosystème entrepreneurial corse. Fin 2015, Sébastien Simoni accepte la présidence de Femu Qui, le fonds d'investissement des entreprises corses depuis 1992. Son objectif est de favoriser l'émergence en dix ans d'un écosystème résilient avec une vingtaine de sociétés d'une taille comparable à GoodBarber, qui travaillent à l’exportation, tout en étant localisées en Corse. Alzà, le tout nouveau fonds d'amorçage lancé en 2021, est le parfait exemple de cette volonté d'atteindre une masse critique de startup.

    Dans cette même logique de création d'écosystème, le CampusPlex, un des premiers espaces de co-working en France, voit le jour en 2009. Ce local abritera WebzineMaker, DuoApps (et d’autres startup de l’époque), menant à une collaboration étroite entre les deux entreprises avant même GoodBarber. Aujourd’hui, le CampusPlex abrite majoritairement GoodBarber, quelques entreprises digitales mais la demande existe pour regrouper davantage d’acteurs dans une même unité de lieu. Ainsi, la construction d’un nouvel espace de travail, baptisé  CampusPlex 2.0 est en cours. Son lancement s’est fait sous la forme d’un appel à projet à destination des jeunes architectes corses. L’idée, fidèle à l’ADN de GoodBarber, étant d'offrir aux jeunes architectes une opportunité d’exprimer leur talent sur un projet d’envergure. CampusPlex 2.0, dont la livraison est prévue pour 2023, réunira sur près de 2000m2 en plein centre ville d’Ajaccio une masse critique d’acteurs engagés dans le développement de la filière numérique en Corse.

Dix belles années se sont écoulées; nous avons grandi, nous avons amélioré nos outils, certains membres d’équipage nous ont rejoint, d’autres ont quitté le navire, mais l’objectif reste le même. Celui de rendre accessible le meilleur de la technologie sur mobile ou sur le web, de comprendre vos habitudes et vos envies pour y répondre du mieux possible, de toujours nous surpasser afin de donner à tous ceux qui le souhaitent la possibilité de faire partie de ce monde numérique en expansion / qui ne cesse de toucher de plus en plus de domaines. Nous voulons faire de GoodBarber la meilleure expérience client et utilisateur qui soit, et continuons de travailler dans ce sens, pour toujours plus vous satisfaire. Les dix prochaines années s’annoncent toutes aussi palpitantes!