Programme de fidélité : de la création d’une fonctionnalité à son lancement

Ecrit par le Lundi 1 Aout 2016

Programme de fidélité : de la création d’une fonctionnalité à son lancement
Comme vous pouvez l’imaginer, chaque nouvelle sortie de fonctionnalités apporte son lot de questions, aussi bien dans nos équipes qu’avec notre communauté. Si le lancement de notre offre fidélité a attisé votre curiosité, voici aujourd’hui les réponses à nombre de vos questions. L’occasion aussi de vous montrer un peu les coulisses de la création d’une nouvelle feature. 

Pour une interview regards croisés je laisse donc aujourd’hui la parole à Sébastien Simoni, CEO de GoodBarber, et Lesia Pietri, Product Design Manager.

Quelle est la logique derrière notre offre d’Add-Ons ?

Sébastien : GoodBarber est une plate-forme généraliste qui permet pour un coût modique de créer une application mobile. C’est le modèle d’un app builder, baisser de façon drastique le coût de création. Mais, tout le monde n’a pas besoin de la même application. Notre système de Add-Ons permet à chacun de disposer des fonctions dont il a besoin. Cela répond à un souci de customisation, tout en simplifiant l’interface pour le créateur d’apps.

Comment déterminer la valeur ajoutée d’une fonctionnalité, côté produit et côté client ?

Sébastien : Il y a un véritable travail chez GoodBarber pour que le produit soit toujours à jour, pour les nouvelles version d’OS et le parc de téléphones le plus large possible. Avec le socle de base, on peut déjà réaliser des apps très riches. Les Add-Ons viennent encore créer de la valeur ajoutée. Nos Add-Ons payants ont un usage spécifique mais une valeur ajoutée d’autant plus grande. Le prix reste par ailleurs à la mesure de nos abonnements, avec un coût bien en deçà d’un développement sur mesure, à fonctionnalités égales. Sans oublier que cela nous permet d’assurer une maintenance de nos fonctionnalités existantes et autres add-ons gratuits d’usage plus large.

Côté stratégie, pourquoi avoir choisi d’introduire un programme de fidélité ?

Sébastien : Les applications mobiles sont un outil efficient pour créer du lien. Pour un commerçant, une appli c’est un lien privilégié avec son client. Qui plus est, pas besoin d’être un expert en marketing online pour faire télécharger une app à ses clients. Dans le cadre d’un local business, on peut convertir un flux de clients directement à l’intérieur du magasin et mettre de la sorte un nom sur chaque personne, via l’application. 
 
Lesia : Pour un local business, une application mobile est un complément de la dimension locale. Ce développement répond tout simplement à la demande des clients. C’était une fonctionnalité très attendue pour générer de l’engagement et monétiser la création d’une application. 

Côté pratique, quel est le cheminement préalable pour entamer le développement d’une nouvelle fonctionnalité ?

Lesia : Il faut d’abord prendre le temps de voir ce qui existe. Il ne s’agit pas toujours d’inventer quelque chose, par contre, ce qui est important c’est de rajouter la patte GoodBarber. Concrètement, je commence par le Front, de l’arborescence en passant par le design, vue par vue. On ne peut pas imaginer le Back et ses paramètres sans savoir ce qu’on veut proposer et avec quelles options de paramétrage. 

Comment se passe le travail du Product Design Manager ?

Lesia : Le sketch et le design, je le fais en solitaire. Ce n’est qu’après que je travaille en équipe. D’abord en binôme, pour le design du Back, avec Benoit Hermann (basé à Lyon) qui nous suit dès le début de l’aventure. Je lui confie la liste des menus, il leur donne vie. C’est important d’avoir plusieurs designers et plusieurs regards sur un même projet. Une fois le Back finalisé, il faut se laisser du temps, un peu de maturité, avant de rentrer le projet dans la roadmap.
Programme de fidélité : de la création d’une fonctionnalité à son lancement

Comment se passe, justement, la phase de développement ?

Lesia : Pour le Back, il s’agit de gérer les comportements. Pour le Front on réalise ce qu’on appelle un mapping, à chaque capture sont attribuées des propriétés JSON. On définit si telle vue est customisable ou non, c’est ce qui vient déterminer les paramètres que le client retrouve dans son back. Puis, les équipes entament le développement. Et là, terminé le travail en solo, je suis là pour répondre aux questions des développeurs. 

Quel genre de questions peuvent surgir ?

Lesia : Le passage du papier, du statique, au développement peut faire surgir quelques doutes. On peut mettre le doigt sur des aspects trop complexes par exemple. Avec GoodBarber en particulier, notre difficulté première c’est la prise en compte de la dimension générique. C’est la différence majeure entre un projet one shot et notre univers. On doit s’adapter à l’usage du plus grand nombre.

Après le développement, les tests j’imagine ?

Lesia : Oui, on passe ensuite à la phase de test. Côté design, à moi de vérifier si on est en cohérence avec le cahier des charges d’origine. Pour le côté tech, il s’agit de pratiquer les tests fonctionnels. Ce passage en revue global est nécessaire. Il permet d’imaginer les aides en ligne et le wording. Deux étapes de conceptions cruciales. Dans le cadre d’un projet très vaste comme celui de la fidélisation, malgré une interface simplifiée, les termes utilisés ont aussi leur rôle à jouer.

Et la publication de la fonctionnalité ?

Lesia : C’est le moment où la synchronisation des équipes est sûrement la plus importante. Mais finalement, on se rend compte qu’on attend tous ce moment et qu’il passe parfois presque inaperçu. Pourquoi ? Parce qu’il y a toujours beaucoup de choses autour. On est amenés à gérer l’existant en permanence et finalement la sortie d’une nouvelle fonctionnalité s’inscrit dans cette dynamique. 

Sébastien : Quand la fonction sort, après plusieurs mois de gestation et de nombreux tests c’est évidemment notre bébé. Mais, au final, la sortie n’est qu’un instant T de son évolution. On sait qu’on va continuer d’y revenir dans le temps, avec une v1, une v2, une v3… Aussi bien conçue une fonctionnalité soit-elle, rien ne vaut les retours clients. D’ailleurs, on attend ces retours, les usages, pour planifier l’évolution d’une fonctionnalité. Sans compter que le paysage technologique évolue tout le temps, ouvrant en permanence de nouvelles possibilités !




Entrez votre adresse email